Affouragement en vert et AOP : tout n’est pas permis !

La valorisation de l’herbe par le pâturage constitue l’un des piliers des systèmes AOP Franc-Comtois. Le pâturage crée un lien incontestable entre le produit et le terroir. Or, les aléas climatiques complexifient la gestion de l’herbe. Il faut composer entre périodes de sécheresse et d’excès d’eau. Dans ce contexte, l’affouragement en vert dans les systèmes AOP est une pratique tolérée, dans la mesure où elle permet de pallier des situations de manque d’herbe et de valoriser ponctuellement des surfaces inaccessibles aux vaches.

Moins de 50% de la ration de base

Des règles ont été fixées dans les cahiers des charges pour éviter les dérives (voir encart à droite). Le recours systématique à l’affouragement, y compris en période de pleine pousse de l’herbe n’est pas souhaitable, et pourrait à terme porter atteinte à l’image du produit. Aussi, la part de l’affouragement en  vert est limitée à moins de la moitié de la ration quotidienne en fourrage. Il ne devra être distribué qu’à un seul repas quotidien.

Extrait du cahier des charges Comté :

- Point 5.1.4. : «  L’affouragement complémentaire en vert est limité à un seul repas quotidien, de sorte que le repas pris en pâture représente au minimum la moitié de la ration quotidienne de fourrage grossier ».

- Point 5.1.14 « En cas d'affouragement complémentaire en vert, le fourrage vert, récolté proprement, doit être ramené et distribué à l’état frais à la ferme. Il ne devra pas subir d'échauffement avant d'être donné aux animaux. En tout état de cause, le délai maximum de consommation ne devra pas excéder 4 heures après la fauche. Les crèches devront être nettoyées des refus avant que ne soit réalisé tout nouvel apport de fourrage vert ».

L’autre point de vigilance porte sur le délai entre la récolte du fourrage et sa distribution. L’objectif est ici d’éviter que le fourrage ne chauffe et de maîtriser le risque de contamination butyrique. « Le délai maximum de consommation ne devra pas excéder 4 heures après la fauche ».

L’obligation d’enregistrer ses pratiques

Depuis 2013, et face aux évolutions rapides constatées sur le terrain, l’Union Régionale des Fromages AOP Comtois (URFAC), a souhaité renforcer le plan de contrôle sur cette question. Ainsi, le non-respect de cette clause est désormais considéré comme une non-conformité majeure. Toute récidive fait encourir au producteur le risque d’une suspension de son droit d’usage de l’AOP.

Il est demandé aux producteurs qui pratiquent l’affouragement d’enregistrer leurs pratiques. Ils devront présenter aux auditeurs un document qui retrace les quantités de fourrages distribués en vert et les surfaces consacrées au pâturage tout au long de la saison de pâturage. Concrètement, chaque exploitant peut utiliser le support qui lui semble le plus approprié (voir exemple ci-contre) et se faire aider par son conseiller si besoin, qui pourra confirmer la validité du document d’enregistrement.

Les systèmes AOP restent basés sur le pâturage, qui contribue à l’image du produit. L’affouragement en vert ne doit donc pas être banalisé dans ces systèmes. Il est toléré notamment pour permettre de gérer en souplesse les aléas climatiques.


Nicolas GAUDILLIERE

Encadrement Conseil Elevage 25-90

Exemples de documents d'enregistrment des pratiques d'affouragement en vert :

Fiche d'enregistrement : cliquez ci-dessous pour télécharger le document. (Source : Jura Conseil Elevage)
Calendier de pâturage complet : cliquez ci-dessous pour télécharger le document. (Version papier disponible auprès de votre conseiller)

L'image de marque de l'AOP, c'est une vache qui pâture !



Accueil » Les échos du terrain » Affouragement en vert et AOP : tout n’est pas permis !