Campagne 2012-2013 : moins de lait et des concentrés chers

On s’y attendait compte tenu des observations de cette année, la campagne qui s’est clôturée au 30 septembre 2013 n’a pas été favorable à la production laitière. Le niveau de production moyen des troupeaux du Doubs et Territoire de Belfort est de 6766 kg de lait par vache. C’est 300 kg de moins que la campagne précédente. La baisse de production a surtout été visible dans les systèmes foin-regain. Au mois de mai, on observait une production d’à peine plus de 23 kg de lait alors qu’au printemps 2012, elle était montée jusqu’à plus de 25,5 kg. Les conditions froides et humides à cette période expliquent bien entendu ces écarts.

Des couts alimentaires élevés

Cette production laitière s’est faite avec la même quantité de concentrés que la campagne 2011-2012 : 1400 kg d’aliments complémentaires en moyenne. Mais, leurs coûts ont augmenté de 15% à l’échelle de la campagne. C’est donc un record pour le coût des concentrés et minéraux ramenés aux 1000 litres de lait (71€/1000L). Même si cette année, le pâturage a pu se révéler un réel casse tête, c’est encore ceux qui valorisent le mieux l’herbe qui s’en sortent le mieux. Au printemps, il y a plus de 5 kg d’écart sur la valorisation de la ration de base entre les 25% des élevages les plus économes et les 25% les plus dépensiers.


Après deux années consécutives à 7000 kg de lait, le niveau de production baisse cette campagne

Les coûts des aliments complémentaires augmentent fortement

Et cet hiver ?

En ce début de campagne quels sont les scénarios les plus probables ? Les foins récoltés cette année sont de qualité médiocre (voir article précédent sur la qualité des fourrages). Même si les regains ont de bonnes valeurs, elles ne compenseront pas complètement celles des foins. On ne peut donc pas compter sur une augmentation importante de la valorisation de la ration de base cet hiver. On constate une élévation importante des effectifs dans les élevages en réponse aux incitations à produire plus de lait. Prenez garde tout de même aux coûts de production. Vouloir produire à tout prix plus de lait peut vite les faire déraper.

Les fourrages peuvent venir à manquer

L’augmentation des effectifs laissent à penser que les bâtiments sont de plus en plus chargés. Cela a des impacts immédiats sur les taux leucocytaires. Il faudra également être très vigilant à ce que les stocks de fourrages soient suffisants pour alimenter l’ensemble du cheptel jusqu’à la fin de l’hiver dont on ne connait pas encore la date ! Sur ce point les avis convergent tous : à moins de 3 T de matières sèches de fourrages récoltés par UGB en système foin regain, les coûts alimentaires augmentent très rapidement. Dans les systèmes maïs, les préoccupations sont les mêmes d’autant que les rendements ne sont pas au rendez vous cette année.


Plus de 2 kg de lait en moins au pâturage cette année pour les systèmes foin-regain

Vous pouvez dès maintenant consulter votre bilan de synthèse 2012-2013 sur Synest et analyser vos résultats avec votre conseiller lors de son prochain passage.


Nicolas GAUDILLIERE
Encadrement Conseil Elevage 25-90




Accueil » Recherche et Innovation » Campagne 2012-2013 : moins de lait et des concentrés chers