Cet automne, implantez vos prairies sous couvert

Les semis de prairies sont désormais très majoritairement réalisés en fin d’été. Les semis de printemps comportent souvent plus de risques : en cas de fin d’hiver humide, l’implantation peut être tardive et le développement de la prairie insuffisant lors de l’apparition des premiers épisodes de sécheresse estivale. De plus, les semis de fin d’été permettent d’éviter les sols nus en hiver.

Réaliser deux semis en un

Toutefois, l’implantation des prairies en fin d’été peut aussi être aléatoire si les conditions sont sèches comme cette année. Les levées tardives favorisent le salissement en première année d’exploitation.

Une solution est testée à la station expérimentale de Thorigné d’Anjou (49) dans des conditions pédoclimatiques séchantes : le semis sous couvert d’une association céréales-protéagineux dans la première quinzaine d’octobre. L’implantation sous couvert a été testée avec deux types de prairies : une prairie à flore variée (Ray Gras Anglais / Fétuque élevée / Trèfle Blanc / Trèfle Hybride / Lotier corniculé) et une association Ray Grass Hybride / Trèfle violet. L’association céréales protéagineux est récoltée au printemps sous forme d’ensilage ou en été en grain.

Au final, plus de fourrage produit

En conclusion, ces essais ont démontré, qu’une implantation d’une prairie à flore variée sous couvert d’un mélange triticale/pois fourrager à permis une bonne implantation de la prairie. Elle permet une première récolte d’herbe dès la fin d’été suivant. Cela permet donc d’augmenter la production de fourrage par rapport à un semis classique derrière une céréale. La productivité de l’association triticale / pois fourrager est peu impactée.

Cependant, il faut noter que la réussite de cette pratique est conditionnée par le choix des espèces implantées : le rendement d’une associations blé - pois protéagineux est beaucoup plus pénalisée par un semis de prairie sous couvert compte tenu du plus faible pouvoir couvrant de blé par rapport au triticale. Le choix d’espèces prairiales agressives (Ray Gras Hybride et Trèfle Violet) peut aussi pénaliser le rendement de la culture si les conditions de pousse sont favorables à la prairie. A l’inverse, la densité de semis du triticale doit être plus faible que ce qui est habituellement pratiqué (250 grains/m² dans ces essais) pour favoriser l’implantation de la prairie.

Nicolas GAUDILLIERE
Responsable pôle Recherche & Développement 

Retrouver l'ensemble des résultats de l'étude sur le site des chambres d'agriculture des Pays de la loire en cliquant sur l'image ci dessous



Accueil » Recherche et Innovation » Cet automne, implantez vos prairies sous couvert