Fourrages : un excellent millésime 2017

Grace à de très bonnes conditions de récolte, on retrouve sans surprise des valeurs d’analyses intéressantes, de bon augure pour les rations hivernales.

Foins : une bonne digestibilité

Avec une récolte à un stade précoce sur tous les secteurs, les valeurs alimentaires des foins 2017 sont élevées et plus homogènes qu’à l’accoutumée. En moyenne, les foins contiennent 57 % de NDF (Neutral Détergent Fiber) contre 66% en 2016 et 10% de Matières Azotées Totales. Ils sont donc plus digestibles et plus riches en azote. Selon les zones et la période de récolte les valeurs PDIN varient de 60 à 75 g/kg de MS et les valeurs énergétiques sont comprises entre 0,70 et 0,85 UFL : des valeurs que l’on n’avait plus revues depuis la récolte 2010.

Regains : riches en azote

Ici encore les conditions de récolte ont permis d’obtenir des fourrages de qualité avec une teneur en NDF modérée (51%) et une bonne valeur azotée (15% de MAT). Néanmoins, la période de sécheresse début Juillet a pu pénaliser la repousse dans certains secteurs. Les regains récoltés à cette période ont ainsi vu leurs valeurs nettement diminuées (moins bonne digestibilité et valeur azotée plus faible : 11% de MAT).

Maïs : de bonnes valeurs énergétiques

Les premières analyses donnent une tendance intéressante. Les conditions météo favorables ont causé un avancement rapide du stade végétatif de la plante entrainant parfois une augmentation rapide du taux de matière sèche. Attention donc à la conservation.

Le taux d’amidon, de sucre et la digestibilité étant plus importants, on retrouve des valeurs énergétiques plus élevées (0.93 UFL contre 0.90 UFL). Les maïs 2017 sont également légèrement plus riches en azote que l’année passée (7,7 % de MAT contre 7% en 2016).

Conseils pour cet hiver 

Avec des fourrages de qualité dans les rations, l’objectif sera de valoriser au mieux la ration de base en économisant au maximum les concentrés. Cette année, encore plus que d’habitude, l’enjeu sera d’éviter les gaspillages d’azote, sources de pertes économiques importantes.

Les foins étant relativement pauvres en fibres et plus facilement digestibles, il faudra veiller à fractionner les apports de concentré sous peine de favoriser l’acidose ruminale latente. L’idéal étant de diversifier les sources d’énergie en privilégiant l’amidon lentement fermentescible. En comparaison à d’autres régimes alimentaires les rations foin/regain sont des rations bien pourvues en fibres, même avec les fourrages de cette année. Les principaux facteurs de risques de l’acidose à maîtriser dans ce type de ration restent la part de concentrés et le film alimentaire journalier (ordre et fréquence de distribution des aliments).

En cas de problèmes avérés d’acidose ruminale qui ne peuvent se résoudre rapidement avec une révision du plan de complémentation, le bicarbonate est un complément qui a démontré son efficacité à condition d’en distribuer entre 200 et 400 g/VL/jour.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Raphaël THIEVENT
Conseiller 



Accueil » Les échos du terrain » Fourrages : un excellent millésime 2017