« J'insémine mes génisses aux champs pour vêler plus jeune »

C’est suite à une formation avec Conseil Elevage 25-90 que François FAIVRE éleveur à Germéfontaine, a souhaité réduire l’âge au premier vêlage dans son élevage. Une des solutions mise en place : ne plus attendre la rentrée à l’étable pour inséminer les génisses.


François est installé depuis le 1er Janvier 2012 sur l'exploitation familiale suite au départ en retraite de ses parents. La production principale de cette exploitation est le lait qui est transformé chez LACTALIS à Vercel en Comté. C'est en souhaitant diminuer l'âge au vêlage que François à décidé d'inséminer des génisses au champ, chose que ses parents ne faisaient pas.

FAIVRE François, 31 ans (Germéfontaine, 25)

242068 litres, 69 ha de SAU dont 4 ha de céréales auto-consommés

32 vaches - Système Foin-Regain avec séchage

Bâtiment 100 % entravé, vaches en face des génisses

6959 kg lait /VL à 37,5 g de TB et 32,5 g de TP

Cellules: 208 - Coût de concentré: 73 €/1000 kg de lait

Surveillance et contention sont indispensables

François peut s'appuyer sur un pâturage bien regroupé, avec des pâtures pour les génisses à proximité. Tout le parcellaire de l'exploitation est sur la même commune. François estime passer 5 à 10 minutes par jour l'été pour la surveillance des animaux. Essentiellement sur la fin de la journée.

Il a la chance d'être situé proche du local des inséminateurs du secteur.  Ils passent donc généralement en début de tournée vers 10h le matin. Les génisses ne restent donc pas bloquées longtemps. Pour ce qui est de la contention, François s'est muni d'un râtelier avec cornadis. « C’est un très bon investissement, il me permet de pouvoir réaliser différents soins aux champs et surtout de bloquer les génisses pour les IA si je suis absent ».

Répartition des IA des génisses (avril 2013 à mars 2014): près de 50% des IA au pâturage !

Inséminer les génisses au bon moment

François a participé il y 3 ans à une formation génisse avec Conseil Élevage 25-90. Il s'est rendu compte à ce moment là, qu'il y avait de bonnes croissances sur ses lots de génisses, mais pas assez valorisé sur l'âge au vêlage. Alors, il a modifié sa façon de faire : « je me suis plus occupé des génisses de 0 à 6 mois, avec pour objectif 130 cm TDP à 6 mois. Puis j’ai réduit les concentrés pour les génisses de 6 mois à l'IA. Une croissance trop soutenue sur cette période était sans doute à l'origine de mauvais résultats de reproduction... ». L'IA aux champs est devenue une évidence. Cela a permis de vêler moins de « vielles » génisses qui ont souvent des problèmes de jarrets en écurie entravées, des mamelles souvent volumineuse et plus de difficultés de vêlage. Pour éviter les retards d'IA suite à la saison estivale, et valoriser les croissances compensatrices au pâturage, François à parfois recours à un groupage de chaleurs sur l'automne.

La contention est primordiale

Réussir l’élevage des génisses sous entend de les inséminer au bon moment, c'est-à-dire dès qu’elles atteignent un tour de poitrine d’environ 170 cm. Si ce stade de développement est atteint au pâturage, attendre leur retour à l’étable peut faire perdre de précieuses semaines. Investir dans la surveillance et la contention au pâturage est donc une piste intéressante pour la maîtrise de l’âge au premier vêlage.

L’équipe des conseillers de Belleherbe


Le gain possible en diminuant l'âge au vêlage est de 80 € par mois et par génisse. Cela représente, pour les 16 génisses de François, 1280 € /mois d’âge gagné par rapport à son âge au vêlage de départ. Quant aux charges, elles n’augmenteraient pas étant donné que l'alimentation et les croissances actuelles permettent d'inséminer plus précocement.



Accueil » Les échos du terrain » « J'insémine mes génisses aux champs pour vêler plus jeune »