« J’insémine parfois sans voir de chaleurs »


Depuis octobre 2012, le GAEC BOLE SENOT à Paroy a investi dans un distributeur automatique de concentrés. Parmi les options proposées, une aide à la détection des chaleurs était disponible. Les membres du GAEC n'hésitent pas longtemps et décident d'investir dans cet outil. Les vaches laitières sont équipées d'un podomètre fixé à une patte. L'activité de la vache est enregistrée à chaque passage au DAC et envoyée à l'ordinateur. Celui-ci va tracer une courbe d’activité, avec un point toutes les deux heures.

Le podomètre, une aide efficace…

Le premier travail du trayeur en arrivant au bâtiment le matin, c’est d'aller voir l'ordinateur, et les vaches ayant eu une activité nocturne anormale. Le passage en salle de traite et l'observation de visu va ensuite confirmer  les chaleurs. « Nous avons déjà fait inséminer et réussi à féconder des vaches uniquement d'après leur activité et sans avoir vu leurs chaleurs » confie Hervé BOLE. Il se repose beaucoup sur l'outil et passe moins de temps au dépistage. Ce gain de temps est encore difficilement chiffrable mais réel. Les éleveurs avouent aussi être moins stressés par la peur de ne pas voir les vaches en chaleur.

… mais ça ne remplace pas l’éleveur

« Nous restons maitres de nos décisions et faisons le choix d'appeler ou non l’inséminateur ».  Il faut également apprendre à interpréter les chiffres, car une suractivité ne provient pas forcément de la venue en chaleur. Les éleveurs regrettent que ces nouvelles informations ne puissent pas remonter dans leur outil Synest. Il est aussi dommage de ne pas pouvoir suivre le troupeau de génisses. En effet, le passage au DAC est obligatoire, contrairement aux systèmes avec antennes qui peuvent capter les informations jusqu'à 500 mètres.

En revanche, au pâturage, l'activité des vaches laitières est enregistrée en permanence. Même si elles pâturent loin. Un simple passage au DAC à l'heure de la traite suffit pour transmettre les résultats à l'ordinateur.

Le GAEC BOLE SENOT

Main d'oeuvre : 4 uth
Deux frères : Hervé et Sylvain BOLE ; Un cousin, Emmanuel   BOLE ; Un associé installé hors cadre familial, Valentin   SENOT
230 hectares  dont 50 de SCOP
3 ha de betteraves fourragères
180 ha d'herbe
650 000 litres de quota transformés en comté et morbier à la coop Loue Lison de Chay.
7300 kg de lait par vache à 39,0 de TB et 33,0 de TP


Prochaine étape, la surveillance des vêlages

Même s'ils sont globalement satisfaits de l'investissement, les éleveurs manquent encore de recul pour mesurer l'impact de l'outil. Cette année, ils constatent une petite baisse de fertilité. Mais un tiers des doses mises en place étaient des doses sexées. « La fertilité de notre troupeau est moyenne mais la fécondité est supérieure à la moyenne du groupe. C’est grâce à cette aide au suivi des vaches qui nous permet de moins louper les chaleurs. On constate moins de retours avec des intervalles anormaux (retour à 6 semaines) »

 

Pour Hervé pas question de revenir en arrière. « Nous allons même encore aller plus loin en investissant dans un appareil de détection et surveillance des vêlages  »

Les conseillers de l'équipe de Tarcenay

 

GAEC BOLE SENOT

Groupe Foin/betterave CEL 25-90

Nbr d’IA/IA Fécondante

2,0

1,9

Taux de réussite en 1ère IA

46 %

52 %

Intervalle vêlage - IA 1

77 j

81 j

Intervalle vêlage – IA fécondante

101 j

110 j



Accueil » Les échos du terrain » « J’insémine parfois sans voir de chaleurs »