Journée des éleveurs à La Planée : Tarissement et début de lactation au programme !

Quel rationnement pour mes vaches taries ? Quelle importance de la préparation vêlage ? Mes fraîches vêlées sont-elles en état ? Quelles conséquences de l’acétonémie sur mes résultats ? Autant de questions auxquelles ont répondu Patrice Dubois et Nicolas Gaudillière devant les éleveurs de l’équipe de Houtaud.

Connaître ses foins et être autonome en énergie et azote

Les fourrages représentent 75% de ce qui est ingéré par la vache : s’ils ne sont pas digestibles il sera difficile d’avoir une réponse en lait, quelle que soit la complémentation. Il faut donc viser la qualité et faire des analyses pour équilibrer la ration en énergie et azote. Essayez aussi de peser vos fourrages et aliments pour distribuer les bonnes quantités.

La recette miracle : du foin de qualité, un mélange orge/maïs grain pour l’énergie, un mélange tourteau de colza/tourteau de soja pour l’azote. Cette année, les foins ont une valeur énergétique faible et manquent aussi d’azote soluble : l’orge, plus fermentescible, est à privilégier par rapport au maïs, ainsi que le colza par rapport au soja.

Le mode de distribution a aussi son importance : il faut un matelas fibreux régulier dans le rumen et pas plus de 3 kg de concentrés par repas.


Patrice DUBOIS nous parle d'alimentation au tarissement.




L'efficacité de la ration s'évalue en observant le troupeau. L'objectif : 60% de vaches qui ruminent, 60 coups de mâchoire par bol alimentaire et 60% de vaches couchées. Le confort des animaux est primordial pour de bonnes performances et une bonne valorisation de la ration : une vache passe 12h couchée par jour, pensez à mesurer vos logettes !

Mettre en place un lot de vaches en préparation vêlage

La préparation vêlage est importante pour une transition an douceur et un bon début de lactation. Distribuer une ration journalière hygiénique pendant les 3 semaines qui précèdent le vêlage est primordial ! En effet, plus les vaches s’approchent du vêlage et moins elles ont d’appétit : il faut donc des fourrages appétents pour que leurs besoins soient couverts. Les aliments riches en calcium et potassium sont à éviter (légumineuses, herbe jeune…).

On vise les 9 UFL et 900 g de PDI : par exemple, 10 kg de foin, 2 kg de concentré énergétique, 1 kg de concentré azoté, 100 g de CMV 5-15-10 et 15g de magnésium. Pensez aux minéraux : la vache en préparation vêlage a besoin de magnésium et les fourrages en sont pauvres. Pour ce qui est du sel, l’idéal est de limiter la consommation à 30g par jour (pour éviter à la fois les risques d’œdèmes et la surconsommation après vêlage).

Observer ses animaux

La note d’état corporel des animaux nous parle d’alimentation : mieux on les nourrit, plus la note d’état est bonne et stable dans le temps. Deplus, une vache trop grasse ou trop maigre produira moins de lait. Le remplissage de rumen s'observe aussi et donne une indication sur l’ingestion.

Bilan technique de l'indicateur NRJ'MIR

NRJ’MIR est un indicateur qui existe à Conseil Elevage 25-90 depuis un peu plus d’un an. Il alerte les vaches en fort déficit énergétique ou en acétonémie. Cet indicateur est calculé à partir des résultats d'analyse des échantillons de lait prélevés dans le cadre du contrôle de performances. Il tient compte du rapport TB/TP, de l'estimation des corps cétoniques (acétone et béta-hydroxybutyrate (BHB)) et du profil en acides gras du lait.

Le bilan après 1 an d'utilisation est très clair : les vaches atteintes ont globalement des résultats de reproduction et de qualité du lait détériorés, cela a un coût !

Louise Crépeau
Encadrement








La journée des éleveurs, c'est aussi un repas convivial...

... et une visite en élevage. Ici, nous sommes au pôle "vaches taries" où on peut découvrir les pratiques de l'éleveur, en lien avec ses résultats.


Et voici le pôle "Gestadetect & NRJ'MIR", deux nouveaux services de Conseil Elevage 25-90.



Accueil » Les échos du terrain » Journée des éleveurs à La Planée : Tarissement et début de lactation au programme !