Journées des éleveurs 2019, le bilan

La journée des éleveurs, qu’est-ce que c’est ?

Une intervention d’un professionnel le matin selon un thème choisi par votre équipe de conseillers en fonction de vos interrogations du moment – un repas convivial offert – une visite d’élevage l’après-midi avec des pôles technico-économiques animés par les conseillers de votre équipe.

Chacune des 6 équipes de Conseil Elevage 25-90 réalise une journée des éleveurs tous les 2 ans. Cette année, ce sont 4 journées des éleveurs qui ont été organisées sur février et mars 2019, par les équipes de conseiller(e)s basés à Tarcenay, Houtaud, Belleherbe et l’Isle sur le Doubs. Plus de 300 éleveurs ont répondu présent !

Qu’en retient-on ?

Conseil Elevage 25-90, une entreprise en évolution

Les administrateurs de Conseil Elevage nous parlent de la nouvelle offre de services à venir, afin de s’adapter à vos besoins et répondre au mieux à vos attentes. Un axe développé est notamment la mise en place du conseil décalé avec réalisation de l’appui technique quelques jours après le contrôle pour en valoriser tous les résultats. Les conseillers poursuivent avec les différentes nouveautés proposées par Conseil Elevage :

  • L’observation du troupeau à l’aide d’une caméra Timelaps posée 24h en élevage : en intervention spécialisée et en groupes d’éleveurs
  • Des interventions pour mieux appréhender les coûts en élevage :
    • La prestation individuelle GEC Génisses qui permet de calculer votre coût d’élevage de la génisse et de vous comparer à un groupe.
    • Les groupes d’éleveurs €fficow et le calcul de la vache la plus rentable du troupeau
  • Un partenariat avec les vétérinaires pour vous proposer une prestation individuelle : Convergence Santé Mamelle, pour vous appuyer en cas de problème de qualité du lait
  • Des nouveautés du côté de la R&D :
    • DOUV’DETECT a été développé en ce début d’année pour détecter la grande douve du foie dans le lait.
    • L’outil Pâtur’Net qui vous permettra d’enregistrer votre calendrier de pâturage, de gérer votre stock d’herbe au cours de la saison et de dresser le bilan de votre saison de pâturage (quantification de l’herbe valorisée par vos animaux, calcul du rendement et de la croissance de vos parcelles). 



Mot d'ouverture de la journée par Jean-Bernard Girard (Président) et Johan Maire (Secrétaire)



Intervention de Thierry Hetreau, formateur au centre de Poisy




Une salle attentive à la présentation des nouveaux services de Conseil Elevage 25-90


Des thèmes d’actualité pour vous faire progresser

Vos vaches vous parlent, écoutez-ce qu’elles ont à vous dire !


Thierry HETREAU du Centre d’Elevage de Poisy (intervention les 20 et 21 février, équipes d’Houtaud et Tarcenay)

Alexandre BATIA de Rhône Conseil Elevage (intervention le 1er mars, équipe de l’Isle sur le Doubs).

Thierry et Alexandre vous réapprennent à observer votre troupeau pour ne rien rater : qu’en est-il de la circulation dans votre bâtiment ? du réglage de vos logettes ? de l’abreuvement ? du film alimentaire et de l’accès à l’auge ? y a-t-il des conflits ? Repos, abreuvement, rumination et ingestion sont les 4 points clés.

Thierry nous en dit plus sur l’emploi du temps des vaches laitières : en comportement naturel, une vache passe 12 à 14h couchée, 30 min à dormir profondément, boit 8 à 10 fois par jour et fait une douzaine de repas dans la journée. De même, une vache doit pouvoir se coucher et se lever en moins d’une minute : il n’est pas normal qu’une vache reste des dizaines de minutes debout dans la logette, faites la comparaison avec le comportement des animaux au pâturage ! En cas de mauvais réglages des logettes, d’’inconfort ou de mauvaise circulation dans le bâtiment, les vaches ingèrent moins ou passent moins de temps couché et ruminent moins, ce qui pénalise la valorisation de la ration et les performances.

Quelques repères :

  • Comment doit être une vache vue de l’arrière ? « Pomme-poire » ou « coing », avec un rumen bien rempli.
  • Comment boit une vache ? une buvée dure normalement environ 30 secondes et la vache fait 10 à 12 gorgées. Si ce n’est pas le cas c’est qu’elle est gênée : est-ce que l’eau est trop froide ? trop sale ? est-ce qu’il peut y avoir des courants électriques parasites ? est-ce que l’abreuvoir est à la bonne hauteur ? Pour ce dernier point, on conseille 90 cm de hauteur, en faisant attention au niveau d’eau.

Une vache boit environ 100 litres par jour : avez-vous un nombre d’abreuvoirs et un débit suffisant pour tout le troupeau ? Repère : 10% des animaux du troupeau doivent pouvoir boire en même temps.

  • Circulation dans le bâtiment : est-ce que les vaches peuvent se croiser derrière les vaches au cornadis ? dans les passages ? est-ce qu’il y a des culs de sac ? est-ce qu’il y a assez d’espace autour des abreuvoirs, de la brosse ?
  • Pourquoi les vaches remuent la queue en l’absence de mouches ? C’est un signe d’inconfort, qu’est-ce qui peut le causer ?
  • Est-ce que mes vaches ont des tarsites ou des gros jarrets ? Si oui, cela est lié à un contact avec un sol dur : est-ce que le logement est propre et confortable ?
  • Mes logettes sont-elles bien réglées ? Une vache doit pouvoir se tenir debout dans la logette (sans avoir les pattes arrière dans l’allée) pour se coucher facilement. C’est l’arrêtoir au sol qui doit arrêter les vaches et non la barre au garrot. Il faut aussi penser au dégagement à l’avant de la logette pour que les vaches puissent avancer la tête en se levant.
  • Est-ce que mes vaches font des gros repas ? Comment se comportent-elles à l’auge ? Un repas classique dure 45 min à 1h, s’il n’y a du fourrage accessible que quelques heures par jour, les vaches ont tendance à faire 2 gros repas, plutôt qu’une douzaine de petits repas (comme elles peuvent le faire au pâturage). On peut aussi regarder si les vaches trient, si elles relèvent la tête. Tout cela nous en dit plus sur la valorisation de la ration.

 

Comment sécurisez votre système fourrager et aller vers plus d’autonomie ?


Pierre-Emmanuel BELOT de l’Institut de l’Elevage, Pascal MERCIER, Pascal MAGNIN et Erwann COLLINET de Conseil Elevage 25-90 (le 28 février, équipe de Belleherbe.)

Le système fourrager est composé de plusieurs éléments qui vont interagir ensemble : votre ressource ou offre en fourrages, votre demande ou consommation de vos animaux, vos stratégies de renouvellement, nombre d’animaux, fauche/pâturage…, le cadre réglementaire, les aléas climatiques, ravageurs…

2 stratégies s’offrent à vous pour le sécuriser : augmenter la ressource ou diminuer les besoins. Un diagnostic est nécessaire pour savoir quel axe travailler.

Voilà quelques points à prendre en compte :

  • Quel est votre chargement technique apparent (nombre d’UGB / surface) ? Attention, d’après la méthode de l’Idèle, 1 UGB consomme 4750 Kg de MS par an soit 13 Kg de MS par jour. Une vache produisant 7000 Kg compte donc pour 1,15 UGB et non pour 1 !
  • Quel est votre chargement réel (corrigés de vos achats/ventes de fourrages et de vos mises en pensions/prises de pension) ?
  • Quel est votre chargement accessible (potentiel de l’exploitation) ?

On peut ensuite situer votre exploitation : êtes-vous autonome en fourrages ? êtes vous au potentiel de votre exploitation ? Si non, on peut se pencher sur la partie agronomique et sur la productivité des prairies. Si oui, il faut retrouver des surfaces ou diminuer les besoins.

Pour diminuer les besoins, le premier levier est de travailler sur les animaux peu productifs et d’optimiser l’élevage des génisses.

Pour cela il faut choisir une stratégie adaptée à son système (chacune présentant des avantages et des inconvénients) : tout élever, élever juste ce qu’il faut, faire élever ? A prendre en compte, dans le 25-90 nous avons un coût du renouvellement moyen de -8€/1000L (sans tenir compte de la main d’œuvre), c’est-à-dire qu’en moyenne les éleveurs perdent de l’argent en renouvelant leur troupeau. Il faut aussi en tenir compte lors du choix de sa stratégie d’élevage et d’âge au 1er vêlage.

Pour augmenter l’offre, les pistes sont notamment d’adapter la fertilisation selon la typologie des prairies, d’optimiser le pâturage en évitant les gaspillages. La mise en place de prairies temporaires peut augmenter le rendement d’1 à 2 TMS / Ha mais ne fera pas tout. Si votre prairie naturelle se dégrade, regardez d’abord les améliorations possibles par les pratiques (alternance fauche pâture, fertilisation, …). Et puis si votre prairie naturelle piétine, qui vous dit qu’une prairie temporaire s’en sortirait mieux ?

Sécuriser son système fourrager implique de l’épargne fourragère et de définir une marge de sécurité en fonction de la fréquence des risques aléas. La sécheresse que l’on a connu en 2018 est un évènement qui risque de devenir plus fréquent à l’avenir et il faut s’y préparer. On prévoit dans notre région un allongement de la période de pâturage avec un printemps plus précoce, mais un déficit estival de plus en plus marqué.

Des cas concrets en élevage

Nous tenons à remercier les éleveurs qui nous ont accueilli lors de ces 4 journées :

  • LE GAEC DES MAISONNETTES DU COUCHANT à Bolandoz

Gestion du tarissement, démonstration de la canne Bodymat (Denis BARRAND, Delphine EHRHARDT, Ivan REMONNAY),

Alimentation, démonstration de bousologie (Marie RUBAGOTTI, Clément DEVITERNE)

Observation du troupeau (Charline BILLOT, Pascal MERCIER)

  • Le GAEC du GROS Tilleul à Ste Colombe

Observation troupeau (Geneviève MADELON)

Economie (Etienne DEFRASNE, Emilie BROCARD)

Qualité du lait (Laurent FAYNOT et Louise CREPEAU)

  • VERNEREY Jean-Baptiste à Grandfontaine-sur-Creuse

Elevage des génisses et le renouvellement (Erwann COLLINET, Christophe JACQUIN)

Cohérence du système fourrager (Pascal MAGNIN, Anne BOUHELIER)

Pâturage et autonomie fourragère (Jérôme TERRIER, Pascal MERCIER)

  • Le GAEC du Centre Farey à Chamesol

Observation troupeau (Christophe ANDRE)

Gestion de l’état corporel avec démonstration de la canne Bodymat (Christophe BILLOD, Ivan REMONNAY)

Coût alimentaire et nouveaux outils : PaturNet et €fficow (Claire RICCI, Philippe TONDU, Pascal MERCIER)


Illustration d'un pôle en élevage, ici animé par Philippe Tondu au GAEC DU CENTRE FAREY à Montécheroux



Au GAEC DES MAISONNETTES DU COUHANT à Bolandoz


Pôle observation du troupeau au GAEC DU GROS TILLEUL à Sainte-Colombe

Louise CREPEAU, Pascal MERCIER, animateurs d'équipe à Conseil Elevage 25-90


 



Accueil » Les échos du terrain » Journées des éleveurs 2019, le bilan