Météo de l’herbe 2016 : retour sur une saison chaotique

Le groupe herbe de Franche-Comté est composé d’agents des Chambres d’Agriculture et des Entreprises de Conseil Elevage de Franche-Comté. Il organise la collecte de mesures d’herbe tout au long de la saison de pâturage en vue de publier une météo de l’herbe hebdomadaire qui est diffusée dans les journaux agricoles et sur les sites internet des structures participantes.

Un printemps pourri !

Cette année 2016 aura été marquée par des conditions climatiques bien capricieuses. Le printemps a été exceptionnellement pluvieux : Il est tombé en Franche-Comté environ 1 000 mm d’eau entre le 1er janvier et le 15 juin (source météo France). Les records de précipitations qui dataient de 1983 ont été battus ! Ces fortes précipitations, même si elles n’ont pas forcément pénalisé la pousse de l’herbe à court terme, ont rendu très complexe sa valorisation. Les parcelles pâturées ont parfois été très affectées par le piétinement. Cela a ensuite compromis le potentiel de production d’herbe sur ces surfaces. Les récoltes de foins ont également dû être reportées au-delà du stade de récolte optimal. 

Après la pluie… le sec

Après cet épisode humide, selon les zones, l’été a été plus ou moins sec. L’effet du déficit hydrique sur la pousse de l’herbe a alors été amplifié par une structure du sol souvent dégradée par l’excès de pluviométrie du printemps. Le groupe herbe de Franche-Comté compile les valeurs de croissances d’herbe mesurées dans la région depuis 2008. En 2016, la pousse d’herbe en avril et en mai a été globalement proche des références issues des précédentes années de mesures. Même si, localement, les dégâts de campagnols ont pénalisé les rendements. Cependant, à partir de la mi-juin, quelle que soit l’altitude, la pousse de l’herbe a été très inférieure à ces repères.

Il ne fallait pas compter sur l’herbe d’automne…

Malheureusement, les faibles précipitations de cet automne n’ont pas permis d’achever cette saison de pâturage sur une note plus positive. Les moyennes de pousses d’herbe de septembre ont été divisées au moins par deux par rapport aux références régionales.

Ces conditions de pousse de l’herbe ont clairement eu des répercussions sur les performances des animaux et sur l’efficacité économique dans les élevages. Sur les départements du Doubs et du Territoire de Belfort, cela se traduit par une diminution du niveau de production moyen d’un kilo de lait par vache et par jour sur la période d’avril à septembre par rapport à la même période l’année dernière. Sur cette même période les quantités de concentrés distribuées ont été légèrement supérieures (+ 500g/VL/j). Ceci a engendré une augmentation du coût de concentré moyen de 3€/1000L cette année par rapport à 2015.

Même si cette saison de pâturage aura été difficile à gérer dans tous les élevages, les fondamentaux qui ont permis de mieux valoriser l'herbe restent toujours les mêmes. Cela passe par l'aménagement du parcellaire, avec notamment des chemins stabilisés. L'anticipation et la réactivité, sont ensuite indispensables pour valoriser l'herbe à un bon stade sans compromettre la repousse ultérieure. Enfin, on peut encore rappeler l'importance des stocks fourragers qui permettent de faire face à des aléas climatiques comme ceux que nous avons connus en 2016.  

Nicolas GAUDILLIERE
Encadrement

Croissance de l’herbe mesurée en Franche-Comté en 2016 :

  • En zone de plaine (< 500 m) – (9 sites de mesures)

  • Premiers plateaux (500 - 700 m) - (5 sites de mesures)

  • Plateaux supérieurs et Montagne (>700 m) - (5 sites de mesures)


Accueil » Recherche et Innovation » Météo de l’herbe 2016 : retour sur une saison chaotique