Quel impact économique de l'atelier génisses ?

Pierre-Emmanuel BELOT (Institut de l’Elevage) a apporté matière à réflexion concernant diverses questions : combien de génisses élever ? quel âge au vêlage viser ? combien coûte l’élevage d’une génisse ?

Guilhem BROUZES (Géniatest) a complété cette intervention par une présentation du cahier des charges de l’export, et des différentes conditions requises en fonction des pays.

Un revenu qui diminue avec un lait mieux payé

Pierre-Emmanuel BELOT a introduit le sujet de l’élevage des génisses par une approche plus globale : une étude Agreste sur la typologie des exploitations laitières en Bourgogne-Franche Comté, entre 2010 et 2015. Il en résulte une augmentation de la SAU, du nombre de vaches, et une diminution de la main d’œuvre pour les exploitations AOP. Cela se traduit par un meilleur prix du lait mais aussi une augmentation des charges entre 2010 et 2015 : les éleveurs gagnent donc un peu moins bien leur vie qu’il y a 5 ans. Ces résultats posent la question de la rentabilité des différents ateliers, et notamment de l’atelier génisses, une production qui se professionnalise avec des investissements (DAL, bâtiment…).

A quoi sert l'atelier génisses sur une exploitation ?

L’atelier génisses permet de faire face aux réformes obligatoires, d’assurer la politique de réforme « volontaire » et de préparer un éventuel accroissement du troupeau laitier. A part assurer l’avenir de l’élevage, cet atelier participe aussi à l’accélération du progrès génétique et peut être une source de trésorerie via la vente d’animaux à l’élevage.

Quel âge au vêlage viser ?

Sur l’équipe de Belleherbe, l’âge au vêlage est de 31,6 mois en moyenne. Les exploitations comptent 50 vaches laitières à 7000 kg, avec 23 génisses mises à la reproduction et un rang moyen de lactation de 2,7. Au vu de ces résultats, la durée de vie productive d’un animal est de 1 064 jours en moyenne, la durée de sa vie d’élevage est de 967 jours, avec une durée de vie de 5,5 ans. Diminuer la durée de vie d’élevage peut donc sembler intéressant d’un point de vue économique. Seulement, plusieurs facteurs de production sont à prendre en compte avant de se lancer : les bâtiments, le bilan fourrager, la surface à pâturer (surfaces non récoltables) et la main d’œuvre disponible. 

En conclusion, avancer l’âge au vêlage :

  • Permet de : gagner de la place dans les bâtiments, gagner en autonomie fourragère, gagner du temps de travail en hiver, limiter l'impact environnemental de l'élevage et profiter plus rapidement du travail génétique.
  • A condition de : disposer de fourrages de bonne qualité, être en mesure d'alimenter les génisses en concentrés l'été (attention au cahier des charges AOP), pouvoir inséminer au parc, ne pas être surchargé de travail en été.

Combien coûte l'élevage d'une génisse ?

Pour un vêlage à 32 mois, le coût de la génisse est en moyenne de 1622 € (787 € d’alimentation et 835 € de charges opérationnelles autres et de charges de structure). Le coût du renouvellement correspond au coût d’élevage, moins les ventes de vaches de réforme, génisses d’élevage… Il est en moyenne de 55 €/1000 l, toujours pour du vêlage 32 mois.

Elever des génisses pour la vente peut être intéressant, mais là-aussi il y a des conditions :

  • Analyser ses capacités de production
  • Analyser le coût de production des génisses
  • Vérifier que le produit correspond au marché
  • Connaître la sûreté du marché

Quelles génisses pour quel marché ?

Le nombre de génisses exportées est passé de 2800 en 2011, à 5500 en 2016. L’Algérie, le Maroc et la Russie sont les plus gros importateurs, avec 85% des volumes à eux-seuls sur les 6 dernières années.

Les critères requis peuvent varier selon les pays mais de manière générale, l’apparence compte beaucoup. Une génisse sans cornes, dartes, verrues ni défauts morphologiques, vaccinée FCO, gestante de 4 à 7 mois, pesant 520 kg ou plus, et dont la mère a produit au moins 6000 kg dans une lactation a toutes les chances d’être prise à l’export.


Louise Crépeau
Encadrement



Pierre-Emmanuel BELOT nous explique l'importance de connaître le coût d'élevage de ses génisses.



L'après-midi en élevage est divisé en 3 pôles. Nous sommes ici au pôle "génisses".


Et voici le pôle "production laitière".



C'est aussi l'occasion d'observer les animaux et le bâtiment.



La journée se termine en beauté. Nous remercions chaleureusement les éleveurs pour leur accueil.



Accueil » Les échos du terrain » Quel impact économique de l'atelier génisses ?